Portrait d’Irina Puzanova

irina puzanovaLors de la 5ème édition du WESTY NANTES, Irina Puzanova a débarqué pour la première fois dans la région pour le plus grand bonheur de tous et toutes! Présente sur la piste de danse et toujours abordable sous ses airs de tigresse, la danseuse Russe nous a accordé un instant et nous a parlé un peu plus d’elle…

 

 

 

 

 

 

 
S.W: Tu danses plusieurs danses depuis que tu es jeune dont le hustle et le discofox…
Irina: J’ai commencé à danser le discofox en 2008, donc il y a 7 ans, c’était ma première danse de couple et je la danse encore. Je fais de la compétition et l’an dernier, mon partenaire et moi sommes devenus champions de Russie dans cette danse.
S.W: Félicitations!
Irina: Merci. Je la danse et je l’enseigne encore en Russie mais quand j’étais enfant, j’ai fait de la danse de salon pendant 5 ou 6 ans. Valse, chachacha… et j’ai commencé le hustle et le discofox en 2008. En Russie, on considère que ça n’est qu’une seule danse.

S.W: Tu peux nous en dire plus sur ces danses? Parce qu’en France, on ne les connaît presque pas.
Irina: D’ordinaire les gens ne connaissent pas parce que c’est populaire en Allemagne et en Suisse, ou tout du moins, ils pratiquent ces danses. C’est arrivé en Russie dans les années 80 et c’est super populaire, comme du ceroc ou du modern jive, peut-être que vous avez entendu parler de ces danses ? C’est très facile, c’est en 1, 2, 3, 4, donc les gens commencent par ça. Le discofox, c’est une version avancée du hustle, on la danse en 1, 2 et 3, comme le hustle américain, c’est le même rythme mais la structure est différente. Aujourd’hui c’est très influencé par le West Coast Swing donc ça ressemble à moitié à de la danse de salon et à moitie à du WCS parce que la technique est proche de la danse de salon: Les lignes, les mains, les arrêts, les mouvements du corps… mais les figures viennent beaucoup du WCS. Le résultat est sympa. C’est populaire surtout en Russie, le hustle et le discofox sont dansés partout dans le pays.

S.W: Et qu’est-ce que tu aimes particulièrement dans ces danses?
Irina: Je suis rapide, j’aime la vitesse et le discofox, c’est rapide parce qu’à l’origine c’était dansé sur de la musique disco. 140 battement/minute, c’est plein d’énergie. J’adore l’énergie !

S.W: On avait remarqué! Quels sont les points communs avec le West Coast Swing ?
Irina: La connexion. Les deux sont des danses sociales. On peut improviser dans les deux, peut-être un peu plus dans le WCS parce que c’est sur 6 temps et le discofox, c’est juste 1, 2, 3. Malgré ça, les figures sont les mêmes…
S.W: Et la musique?
Irina: Oui la musique, il y a des versions rapides et des versions lentes dans les deux danses. En fait, je trouve que toutes les danses de couple sont semblables. La connexion, la musicalité, le guidage, ce sont juste les structures qui diffèrent parfois. Certaines ont des spécialités. Je danse la salsa mais la salsa ne permet pas à la fille de danser beaucoup, tu ne peux pas improviser. En WCS, tu peux improviser donc j’aime bien ça.

S.W: Tu as un centre de danse en Russie. As-tu assez de temps pour y enseigner avec tous les évènements de WCS que tu fais dans le monde ?
Irina: Oui, c’est compliqué. J’enseigne en Russie du lundi au jeudi pendant au moins 4 heures par jour, j’enseigne deux fois le discofox, deux fois le WCS. J’ai deux cours de une heure et demi tous les jours.
On a d’autres enseignants pour le discofox et le hustle, 4 ou 5 couples en plus qui enseignent cette danse. C’est assez grand, on a deux salles de danse et des cours tous les jours. Maintenant on a commencé à enseigner les danses solo et bien sûr on a le jazz funk, le contemporain, le lady style… mais pour les couples c’est principalement WCS et discofox.

S.W: Tu danses depuis que tu as 8 ans ?
Irina: Oui quand j’ai commencé les danses de salon.
S.W: Tu n’as jamais fait de danse classique ?
Irina: Non, des danses de salon jusqu’à l’âge de 13/14 ans.

S.W: Quand as-tu su que la danse était ta passion et deviendrait ton métier ?
Irina: Jamais!! (rires) j’ai arrêté les danses de salon parce j’étais loin de la Russie, j’ai vécu au Kazakstan dans une petite ville. Je suis née à St-Pétersbourg, mais mon père était un militaire et au Kazakstan il y a un endroit où on envoie des navettes et des fusées dans l’espace, donc mon père travaillait là-bas et c’était une petite ville fermée pendant la période soviétique. Là-bas je dansais une sorte de danse de salon, ensuite j’ai arrêté parce que je devais aller à l’université à St-Pétersbourg donc j’ai dû étudier pour passer des examens… j’ai arrêté de danser pour étudier.
S.W: Qu’est-ce que tu as étudié ?
Irina: Tout ce qui était nécessaire pour entrer à l’université. De l’anglais, de l’histoire, des maths, de la physique, tout…
S.W: Un mauvais souvenir? (rires)
Irina: Oui! Je suis alors allé à St-Pétersbourg pour étudier à l’université pendant 7 ans, l’informatique et l’économie. J’ai un master en business informatique mais dans ma 2e année d’université j’ai commencé à danser et aussi à enseigner. J’ai fini l’université, j’ai mes diplômes, mais je n’ai jamais exercé.

S.W: Qu’est-ce que tu aimes le plus dans le West Coast Swing ?
Irina: L’improvisation, la musicalité, être proche d’un beau mec… (rires) j’aime les danses de couple. J’ai essayé la danse classique quand je suis arrivée à St-Petersbourg. Je n’arrive pas à danser toute seule, je me sens mal, mais en couple on est comme une équipe, c’est beaucoup plus facile.
S.W: Et la danse en ligne ?
Irina: Ouais, c’est pas mal, la danse en ligne c’est sympa. Mais je préfère la danse de couple.

S.W: Tu es la première femme russe en division All-Stars. Tu as atteint un but ?
Irina: Ca n’était pas un but. C’est arrivé comme ça… on est 4 femmes en All-Stars en Russie maintenant. Je ne sais pas, rien n’a changé après ça, parce que plus on est avancé, moins on attache de l’importance à la compétition.
C’est toujours sympa, c’est intéressant, mais ça n’est pas comme quand tu es débutant et que tu penses à passer au niveau intermédiaire sinon tu te trouves nul. Je n’ai pas moins d’ambition, tout le monde a de l’ambition, mais le ressenti est différent. On s’accomplit, et après ?

S.W: Que penses-tu de l’évolution du West Coast Swing en Russie ?
Irina: Je pense que je ne danse pas beaucoup de WCS en Russie parce que j’ai commencé il y a moins de 5 ans. Le problème est que je le danse plus à l’étranger que dans mon pays. De plus j’habite St-Pétersbourg, pas à Moscou, qui est la capitale et le centre du WCS. Il y a beaucoup de soirées là-bas et moi je n’ai pas le temps d’aller aux soirées dans ma ville parce qu’elles sont les vendredi et samedi et en général, je voyage ailleurs. Quant à l’évolution, la danse progresse, elle se développe presque partout, même en Russie orientale, près du Japon on danse le WCS. En Sibérie, au sud, en Crimée. Et bien sûr ça évolue parce qu’il y a de l’influence du zouk et les gens commencent à voyager beaucoup. Les Russes voyagent, donc oui ça évolue.

S.W: Est-ce que tu vois des différences entre les communautés Russes et Françaises ?
Irina: Vous avez plus d’occasions d’apprendre des meilleurs, vous avez beaucoup de champions, d’indépendants, des week-ends de stage, nous on n’a pas tout ça. On a 2 ou 3 évènements à points mais pas beaucoup de week-ends de stage parce que c’est cher de se déplacer en Russie et il faut un visa… Donc je pense qu’ici la communauté fait des progrès plus rapidement. Nous on est un peu coincé et on ne peut pas avancer aussi vite.

S.W: C’est vrai que les Russes aiment la vodka ?
Irina: (rires) Disons qu’il y en a beaucoup, oui, beaucoup de monde en boit.
S.W: En France, on aime la Zubrowka!
Irina: Mais ça, ça n’est pas russe. C’est Polonais. Nous, on a de la vodka sans saveur ajoutée, de la vodka pure. C’est l’alcool le moins cher qu’on a en fait.
S.W: C’est mieux pour la connexion ?
Irina: Je ne crois pas, mais les mecs sont vachement plus beaux quand tu en bois, c’est sûr!!

S.W: Tu juges souvent lors de compétitions. As-tu des conseils à donner aux danseurs et danseuses ?
Irina: Eh bien, c’est difficile parce que tout le monde est différent et beaucoup de gens ont des parcours différents. Certains ont une bonne formation de base mais ne sont pas très bons en WCS, d’autres ont plus de compétence en WCS mais pas de style donc quand on juge, on essaie de prendre en compte tous les faits et on compare des couples. Pour tous les danseurs et danseuses, essayez juste de vous améliorer parce que si vous commencer la compétition, ça veut dire que vous acceptez les règles et les règles sont: Il faut de l’allure. Il faut améliorer sa danse, il ne faut pas seulement danser avec le coeur et les tripes, il faut s’entrainer comme un danseur, comme un sportif -appelons-ça comme ça- travailler sa posture, sa position, ses bras, sa tête… Oui il faut s’amuser ou tout du moins, les juges doivent penser que vous vous éclatez. Donc améliorer votre danse, ne faites pas que danser avec votre coeur et vos tripes.

S.W: C’est à ça que servent les soirées.
Irina: Oui, si vous voulez juste danser, il y a a les soirées mais si vous voulez faire de la compétition, il y a des règles, appliquez-vous. D’abord, prenez la bonne posture, suivez la ligne, etc… ensuite travaillez la technique et tout le reste.

S.W: Quelle est ton titre préféré en ce moment ?
Irina: Oh mon dieu! Certaines chansons russes… attends, que je réfléchisse… en fait on danse peu sur les chansons russes parce qu’on pense que ça n’est pas adapté au WCS.
S.W: En France on aime danser sur des chansons françaises.
Irina: Oui, moi j’aime danser sur des chansons russes, mais la communauté n’aime pas, je ne sais pas pourquoi. Sinon j’aime Ed Sheeran, bien sûr. Par exemple “Grade eight”, “Don’t” et “Afire love”, celle-ci c’est ma préférée.
S.W: Merci Irina!

Et un grand merci à Maxence pour la traduction!

English version:

S.W: So you have been dancing many dances since you were young including hustle and discofox.
Irina: I started dancing disco fox in 2008 so 7 years ago, it was my first social dance and I still dance it, I still compete and last year, my discofox partner and I became champions of Russia in this dance
S.W: congratulation
Irina: Thank you. Yes so I still dance it and teach it around Russia but when I was a child I danced ballroom for 5 or 6 years. Ballroom is like waltz, chachacha… And I started hustle and discofox in 2008, in Russia, we consider it the same dance.

S.W: Can you tell us more about these dances? Because in France we don’t know very much about it.
Irina: Normally nobody knows because it’s popular in Germany and Switzerland, at least, they have it. It arrived in Russia in the 80’s, it’s super popular, it’s like ceroc or modern jive maybe you heard about these dances? It’s super easy like 1, 2, 3, 4 so people start doing that. And disco fox is a kind of advanced version of hustle we dance it like 1, 2 and 3 like American hustle, it’s the same rhythm but different structure. Now it has a big influence from West Coast Swing so it looks a bit like half ballroom half WCS because it has a technique similar to ballroom like the lines, hands, stops, body movements but patterns from WCS a lot. So now it looks interesting. It’s popular mostly in Russia. Every part in Russia, they dance hustle and discofox.

S.W: And what do you specially like about these dances, discofox and hustle.
Irina: I like the speed. I’m fast I like to be fast, I like speeding and discofox is fast because originally it was danced to disco music. It’s fun like disco, 140 BPM, it’s full of energy. I love energy!

S.W: So we noticed. What are the common points with WCS?
Irina: Connexion. Both are social dancing. You can improvise in both, maybe a bit more in WCS cause it’s 1, 2, 3, 4, 5, 6 and discofox is just 1, 2, 3. But still, patterns are the same…
S.W: And the music?
Irina: Yes the music, there are fast and slow versions in both dances. Actually, I think all social dances are similar, connexion, musicality, lead and follow, just different structures sometimes. Some have specialities. Because I dance salsa, I started learning hustle and salsa together it was not for a long time but salsa doesn’t allow the girl to dance a lot, you can’t improvise, in WCS you can improvise. So I like it.

S.W: You have a dance centre in Russia… Do you have enough time to teach there with all the events around the world?
Irina: Yeah, It’s complicated. I’m teaching in Russia from Monday to Thursday for at least 4 hours a day so I teach everyday twice discofox, twice WCS. I have 2 classes everyday, so 1,5 hours each.
S.W: Do you have other teachers for salsa… ?
Irina: Not salsa but we have other teachers for discofox and hustle, 4 or 5 more couples who teach this dance. So, yes, it’s quite big. We have two ballrooms and classes everyday and now we started solo dance and of course we have jazz funk, contemporary, gogo for ladies, ladies style and beat but for couple dancing, mostly WCS and discofox.

S.W: You’ve been dancing since you were 8?
Irina: Yes, when I started ballroom.
S.W: So you never did ballet?
Irina: No. Ballroom until the age of 14 or 13 when I started to go to HighSchool.

S.W: When did you know dancing was your passion and that it would become your profession?
Irina: Never ever!! (laughing) I stopped ballroom because I was far away from Russia, I lived in Kazakstan in a small city. I was born in St-Petersburg, but my father is in the army and in Kazakstan there’s a place where spaceships, rockets are launched, so my father was working there and it’s a small closed city like nobody should know about it especially during the Soviet period. So I was doing a kind of ballroom there. Then I stopped because I was supposed to go to the University in St-Petersburg, so I needed to take exams, to study more… so I stopped dancing to study
S.W: What did you study?
Irina: Everything that was required to enter University. English, History, Maths, Physics, everything…
S.W: (laughing) Is it a bad memory?
Irina: Yes! So I came to St-Petersburg to study at the University so for 7 years I was studying computer science and economy. I have a master in computer business but in my second year of University I started dancing and also teaching so I finished University, I have my diplomas but I never worked with my degree. It just happened.

S.W: What do you like most about WCS?
Irina: Improvisation, musicality, a hot guy next to me… (laughters) I like couple dancing. I tried ballet dancing when I came to St-Petersburg, I cannot dance by myself, I feel terrible, but when in a couple, it’s like team and it’s much easier
S.W: And today, line dance?
Irina: Yeah it’s ok, line dance is fun. But I prefer couple dancing.

S.W: You are the first Russian woman in the All-Stars division. Did you reach a goal?
Irina: It was not a goal. It just happened. Now we have 4 All-Stars girls in Russia. I don’t know, nothing changed after that, it’s not like All-Stars will change… it’s ok. Because, the more advanced you are, the less you care about competition. It’s always fun, it’s interesting. But it’s not like when you’re a novice and you think you need to go to intermediate otherwise you suck. I don’t have less ambition, everybody is ambitious but it just feels different. Then you reach yourself, “and what?” Nothing changed.

S.W: What do you think of the evolution of WCS in Russia?
Irina: In Russia? I don’t think I dance a lot WCS because I started less than 5 years ago. The problem is that I dance abroad more than in Russia. And I live in St-Petersburg, not in Moscow and Moscow is the capital and the centre of WCS, there are lots of parties and everything and I have no time to go to parties in my city because they are on Fridays and Saturdays and I normally travel somewhere else. About the evolution, the dance is progressing, it appears almost everywhere even in far East of Russia, like next to Japan, they dance WCS, in Siberia, in the South, in Crimea. And of course it progresses because there are zouk influence and people start travelling a lot, Russians travel, so it is progressing, sure.

S.W: So do you see any difference between Russian and French communities?
Irina: You have more opportunities to learn from the best, like, you have lots of champions, lots of freelance, workshop week-ends, we do not have that. So we have 2 or 3 events with points but don’t have often workshop week-ends because it’s expensive to travel to Russia, and you need a visa etc… so I think here, the community progresses faster. And we a bit stuck and cannot move so fast.

S.W: Is it true that Russians love vodka?
Irina: (laughters) let’s say we have plenty of vodka, yes, lots of people drink it.
S.W: In France we like Zubrowka
Irina: But this is not Russian. It’s Polish. We have vodka with no added flavour, just plain vodka. It’s the cheapest alcohol we have.
S.W: Is it better for your connexion?
Irina: I don’t think so, but the guys are more beautiful around, for sure. (laughters)

S.W: You judge often in events. Do you have any advice to give to followers as well as leaders?
Irina: Well, it’s hard because everybody is different and lots of people have different backgrounds. Some have a good background but not so good WCS, some have more WCS skills but not a good look, so when we judge, we try to take into consideration all the facts and you compare couples. So of course for all the girls and leaders, just become better because if you start competing, that means you accept the rules and the rules are, you should look good, you should progress in your dance, you should not only dance with your heart and your soul, you should train yourself as a dancer as a sportsman, let’s call it that, work on your posture, your position, your arms, your head…
S.W: And have fun…
Irina: Yes. At least judges should think that you have fun. So just progress as a dancer, not just dance with your heart and your soul.
S.W: That’s what social parties are for.
Irina: Yes,  if you want to just dance, go to parties, but if you want to compete, it means there are rules, just work on yourself. First adopt the right posture, lines, everything and then go technical and everything else.

S.W: What is your favourite song of the moment?
Irina: Oh my God… some Russian songs … let me think… we actually rarely dance to Russian songs because we think it’s not so suitable for WCS
S.W: In France we like to dance to French songs.
Irina: Oh yes, I love to dance to Russian songs, but the whole community doesn’t like it, I don’t know why. So, I like Ed Sheeran, of course. Like “Grade eight”, “Don’t” and “Afire love”, this one is my favourite.
S.W: Thank you.