SWOB report – Day six

Après le calme de mercredi, les swobers étaient de nouveau survoltés et prêts pour le show! Les cours ont repris, les dernière répétitions aussi pour les troupes de Danse Avec les Swobers, l’atelier Massart Prod, la choré des enfants, la choré des profs… L’organisation de cette soirée un peu particulière était menée avec beaucoup de professionnalisme par Ludo El Padrino, les protagonistes très impliqués dans leurs personnages! A l’extérieur, certains salseros pouvaient profiter d’un concert de salsa jusqu’au coucher du soleil. Ambiance…

22h30, le show télévisé peut commencer, retransmit en direct sur facebook. Le public est au rendez-vous, l’ambiance aussi et c’est Ludo accompagné de sa fille de 8 ans qui ouvrent le show, puis Marie Cazorla dans le rôle de co-présentatrice qui annonce les membres du Jury: Fanny Généreuse, Delphine Pietragala, Mat Arnaud Pokora, Ti Punch Marquez. Ils sauront nous régaler de leurs appréciations aux accents tantôt quebecquois tantôt africains. 3 teams composées de 6 personnes et coachées par des professeurs depuis 4 jours s’affrontent chacune dans un style différent allant de la bachata au west coast swing. Le temps de comptabiliser les votes du public et de les ajouter aux notes du jury, l’entracte est l’occasion d’un show qui s’achève par une choré des professeurs très « nostal’kitch », composée de plusieurs tableaux nous renvoyant en adolescence, voire en enfance.
Place aux résultats… La team gagnante de ce DALS 2017 est Feeling Good, coachée par Thibault et Céline! Le West coast a pris sa revanche sur le whip contest…

La soirée dansante commence enfin et se poursuit dans une ambiance festive jusqu’au bout de la nuit. Car c’était également la soirée « be a swob DJ », où plusieurs volontaires tirés au sort ont occupé les platines dans les deux salles. Un challenge réussi à en voir le dancefloor. Notons également le passage d’un Dj Guest Star sur la fin: Mat Arnaud Pokora sur du zouk en salle salsa! Il n’y a plus de règles au SWOB…
La fin de soirée arrivant trop vite tant le plaisir était présent, il était difficile pour certains de rentrer se coucher… Dans ce cas, une seule solution: After! Direction le camping, en toute discrétion évidemment, bien qu’il semblerait que le sommeil de quelques personnes ait été troublé… De toutes façons… « Dormir c’est triché » on ne le répètera jamais assez ici!
Au lever du jour… Il était temps tout de même d’être un peu raisonnable et de laisser Morphée nous emporter. Le SWOB n’est pas fini! Il reste 2 jours où un minimum d’énergie sera nécessaire… Il est vrai qu’à plus de la moitié de cette semaine un sentiment étrange se fait sentir: A la fois l’envie de se reposer au plus vite, et déjà une nostalgie à l’approche de la fin… Parce qu’ici, on est bien. Achile et ses bénévoles ont su créer un évènement vraiment unique, parfait dans son imperfection, décontracté, riche en apprentissage, en échanges et partages, en rires et en émotions. Le SWOB c’est bien plus encore, mais pour le savoir il faut le vivre… Savourons donc ces deux prochaines journées (et soirées) parce que… CPQBC!!
Ce soir d’ailleurs, on sort le grand jeu pour une « fashion night » qui annonce déjà de jolis clichés.

Merci d’ailleurs à Jean Luc pour ses superbes photos quotidiennes…

  • LUDO EL PADRINO, CREATEUR DE DALS

D’où te vient cette idée de reproduire Danse avec les stars version SWOB?
Le concept sur TF1 est intéressant car ce sont des gens qui n’avaient jamais dansé, qui étaient débutants et qui bénéficient de l’expertise d’un pro. On voyait la progression de la semaine et ils vivaient une expérience où ils ressortent de là transformés. Ce qui est sympa c’est que souvent les gens viennent à des festivals, ils voient les profs de loin, ils n’osent pas les inviter à danser alors que là ils ont une occasion unique de passer plusieurs heures avec le prof et de taper quelque chose d’un peu plus haut. Tous ceux qui ont participé jusqu’à présent s’en souviennent encore, ils m’en parlent encore. Le gars qui vient au SWOB, monsieur n’importe qui, boom il se retrouve sur la scène et il fait le show.
Quelle est l’évolution de ce concept?
C’est la 3ème édition, et c’est vrai qu’avec Achile on n’aime pas refaire tout le temps les mêmes choses. Les gens l’ont vu deux fois, donc on s’est dit « qu’est-ce-qu’on pourrait faire de nouveau? ». Le principe de la team c’est sympa parce que je pense qu’ils ont vécu quelque chose de différent. Ceux qui ont déjà fait des chorégraphies en groupe savent que tout de suite il y a une petite émulation , on se soutient. Je pense qu’ils vont repartir avec un souvenir assez sympa.
On voit que vous sortez le grand jeu pour ce show…
Par rapport à l’année dernière on a enlevé la vidéo, parce que ça voulait dire filmer toute la semaine, faire les montages etc, c’était monté un peu à l’arrache quand même et on arrivait tous un peu crevés, donc là on a été un peu égoistes en fait. On a travaillé mais on a aussi profité de notre semaine. C’est un peu moins bien techniquement mais j’espère qu’il y aura quand même l’émotion.
Est-ce-que ce rôle de présentateur / régisseur a un lien avec ton métier?
Pas du tout, je travaille dans les assurances. Rien à voir mais que tu construises une maison, que tu organises un festival ou que tu fasses un projet informatique c’est toujours de l’organisation avec des gens, du temps et le même système..

  • L’ANECDOTE DU JOUR

Thibault Ramirez, prof et participant du DALS 2017, nous raconte comment il était prédestiné à la danse…
« Mes parents faisaient une démo de rock accro et lors d’un staff salto arrière, ma mère a ressenti une grosse douleur au ventre, elle s’est repliée et a failli tomber. Mon père l’a rattrapé, ils sont partis aux urgences où ils ont appris qu’elle était enceinte. J’ai donc dansé dans le ventre de ma mère!… »

  • LAURENA HOUHOU, MEMBRE DE LA TEAM FEELING GOOD VAINQUEURS DU DALS 2017

Du haut de ses 16 ans, Laurena, danseuse nantaise de West coast swing revient sur son aventure dans Danse avec les Swobers…
Comment se sont passées les repetitions de Danse avec les Swobers?
Très bien. Il y a eu un début difficile par rapport aux differences de niveaux, mais ça s’est tout de suite bien équilibré en mélangeant les niveaux dans les couples.
Est-ce-que les profs étaient sympas?
Oui, très à l’écoute. Toujours là pour nous aider quand on avait des difficultés. Vraiment très bien.
Comment tu peux décrire l’éxpérience que vous avez vécu du début à la fin?
C’est hyper bien. C’était une belle experience avec un challenge et c’était cool de partager ça au SWOB.

, , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire