En coulisse avec… Nick Jay, Joanna Meinl, Arnaud Perga, Maëlle Jacoulet, Reynald Ortiz et Angélique Aimo-Boot

Les profs du Westy Nantes se sont prêtés au jeu de l’interview le 19 avril dernier à leur arrivée sur Nantes!

S.W: Nick et Joanna, racontez-nous votre rencontre:
Joanna: Nous nous sommes rencontrés grâce à la danse, il y a 7 ans
Nick: On enseignait tous les deux dans le studio de danse de ma belle soeur.

S.W: Dans quels autres pays donnez-vous des cours et quand avez-vous commencé à vous déplacer pour des stages en France?
Joanna: On enseigne en Californie et dans tous les USA. On est allé au Canada, en Grande Bretagne et en Norvège. En France nous sommes venus pour la première fois ensemble il y a 3 ans. Là on a fait Paris, Lyon, Nantes et Rennes.
Nick: En fait la première fois que je suis venu enseigner sur Paris c’était avec mon frère, Jason Wayne, en 2010.
Joanna: … Mais comme je suis plus jolie que son frère, la fois d’après il est venu avec moi!

S.W: Vous venez de la côte Ouest des Etats-Unis, Mecque du West Coast Swing… Quelles différences notez-vous avec notre côte Ouest française, dans la pratique du WCS, les danseurs, la mentalité, …?
Nick: En Californie on a beaucoup d’endroits où danser. Chaque soir de la semaine on peut aller danser quelque part, c’est limite surpeuplé. On a vraiment de la chance.
Joanna: Mais en même temps on n’est pas autant appréciés là-bas qu’ici.
Nick: Oui, chez nous nos élèves nous voient tout le temps, c’est normal de nous voir quoi, mais quand on voyage on est traités comme des célébrités.
Joanna: En France, probablement parce qu’ils ont moins accès au WCS, les élèves vont être plus studieux, vont faire plus attention en cours et vont retenir plus ce qu’on leur dit. Alors que certains chez nous font ça juste pour le fun, sans être forcément dans l’esprit de s’améliorer.
Nick: Je pense aussi qu’en France à cause de la barrière de la langue ils ont besoin de faire plus attention pour suivre.

S.W: Arnaud et Maëlle, à votre tour de nous raconter votre rencontre…
Arnaud: C’était à l’Ecole de danse (l’école A.Perga) et c’était une élève… dans un cours de rock.
S.W: Il y a combien de temps…?
Arnaud: Ouh..
Reynald: …50/50, j’appelle un ami

S.W: Arnaud, tu as souvent du succès en Jack’n Jill, quel est ton secret??
Arnaud: Un secret, non, ..disons que depuis que je suis passé dans la catégorie advanced, je vis moins la catégorie comme de la compétition, mais plus comme du fun. Et avec un peu d’alcool on arrive à danser comme en soirée…!
S.W: donc c’est le secret..?
Arnaud: C’est pas spécialement le secret puisque ça marche pas tout le temps mais..
S.W: Il ne faudrait pas inciter les gens à la consommation d’alcool!
Arnaud: Pas à l’alcool, mais au fun oui!!

S.W: Maëlle, en dehors du West Coast Swing, tu pratiques le fitness. Est-ce que cela a un impact sur ta danse?
Maëlle: En social non, par contre c’est bénéfique pour le showcase niveau gainage et endurance.
S.W: Et quelle autre danse pouvant enrichir leur west coast conseillerais-tu aux danseuses?
Maëlle: La pratique de jazz contemporain par exemple, pour améliorer leur expression corporelle.

S.W: Reynald et Angélique, racontez-nous aussi votre rencontre…
Reynald: La rencontre?… Pareil
S.W: Tu étais professeur et Angélique élève?
Reynald: Oui de rock, là on a un peu le même cursus avec Arnaud et Maëlle
S.W: Et c’était il y a..?
Reynald: Euh.. à peu près..(avec un accent anglais) Joker!

S.W: Tous les deux vous venez depuis quelques temps à Nantes et semblez bien vous entendre avec les organisateurs! Quelles sont les origines de cette amitié?
Reynald: C’est la 3ème année oui. On se connaît depuis très longtemps. Ca remonte au rock, on dansaient dans le même club sur Lyon avec Brahim et avec Arnaud également. Historiquement Brahim s’est occupé de moi dans les années juniors. Les catégories juniors c’était à l’adolescence, 17 ans. On s’est revus pour un évènement WCS à Paris il y a 4, 5 ans à peu près. On a parlé de lui qui s’était installé à Nantes et c’est de là que c’est parti, il nous a fait confiance et puis bah…
S.W: Et ça se passe bien, on en a l’impression en tous cas.
Reynald: On est encore là, c’est que ça se passe pas trop mal.

S.W: Dites nous aussi… D’où vous vient ce look si reconnaissable??
Reynald: Le look, euh..jsuis désolé! Ca m’est venu comme ça, après WCS ou pas… Y a rien de calculé…
S.W: Angélique ?
Reynald: Elle, elle copie un ptit peu!! Non mais on aime bien, c’est un goût pour la mode, pour la différence.

S.W: A vous tous, avez-vous des projets dont vous souhaitez nous parler?
Reynald: Ben..que ça dure quoi. Qu’on prenne autant de plaisir à danser déjà. Et enseigner et partager avec nos élèves. Vivre encore ces riches moments de partage.
Arnaud: l’âge a parlé !
Reynald: Dans dix ans il dira pareil!
Arnaud: Nan pour le coup pareil, franchement c’est vraiment ça quoi. C’est ce que je disais tout à l’heure pour le jack n’ jill; le côté fun.
On vit des rencontres, les stages, les évènements. Les compétitions aussi c’est bien, mais c’est en plus.
Reynald: C’est surtout pas pour ça qu’on s’est mis au WCS. C’est vraiment pour l’amour de cette danse. La compet rapport au rock acrobatique, ou à chacun selon ses origines de danse; c’est vraiment pas ce qui nous a éclaté en WCS mais plutôt le côté social, le partage.
Nick: Joanna, mon frère, ma belle soeur et moi même avons une école de danse la « West Coast Swing University » et nous avons revisité le WCS pour intégrer aussi bien du traditionnel que du moderne.
Les fondements du WCS ont initialement été déterminés par Skippy Blair* dans le style des danses de salon et il n’a jamais été mis à jour. Nous l’avons donc remis au goût du jour et on enseigne cela autant que les précédents.
On est en train de réaliser des vidéos et de les vendre dans différents pays afin de partager la danse dans sa version originale et revisitée.

S.W: Arnaud et Maëlle, c’est la première fois que vous venez à Nantes, quelles sont vos premières impressions?
Arnaud: Bien moi je connais un petit peu les gens de Nantes et je connais par ma soeur (Virginie Perga) et par Olivier (Massart) un petit peu la communauté westcoast nantaise.
Je sais qu’il y a un bon niveau. C’est vrai que pour ce soir c’est un peu court pour donner mon avis mais je sais qu’il y a un bon niveau donc on verra en stage demain…

S.W: Et les autres, que pensez-vous du public Nantais?
Reynald: Depuis trois ans qu’on vient ici on voit progresser ceux qu’on a vu la première année, et ça nous fait plaisir. On voit aussi les nouveaux arrivants qui sont importants dans cette commuauté de danse.
On sent qu’il y a une émulsion. Bon bah nous on est de Lyon, alors euh…
Nick: Déjà la météo est plus clémente que l’année dernière où il a plu!
Pour l’instant cette année j’ai vu plein de nouvelles têtes. Ils sont toujours aussi demandeurs, curieux, et ont la volonté de bien apprendre.

S.W: Pour terminer, quels sont vos morceaux musicaux du moment? Ceux que vous aimez écouter en boucle ou sur lesquels vous préférez danser…
Arnaud: Moi jsuis fan de Noah, tous les acoustiques de Noah.
Reynald: De mon côté il y en a plein.., après c’est pas forcément des artistes en particulier…Les acoustiques on aime beaucoup à Lyon.
Arnaud: Oui ce côté cover, reprises acoustiques, ça passe bien dans nos soirées.
Joanna: J’aime moi aussi beaucoup les morceaux accoustiques.
Sinon mes chansons du moment sont « Thrift Shop » de Macklemore & Ryan Lewis et « Can’t Hold Us »
Nick: Quant à moi en fait j’écoute pas vraiment de musique west coast, mais plustôt du rock et du heavy metal; Metalica, Aerosmith.. Par contre en soirée j’aime beaucoup danser sur des musiques que je n’ai jamais entendues avant, danser dessus pour la première fois, les intépréter au fur et à mesure que je les entends.

S.W: Merci à vous tous, en vous souhaitant un bon stage!…

 

Merci à notre interprète Hélène Bury.

*Skippy Blair, née en 1924,est une figure importante dans le monde du west coast swing depuis le début des années 1950.
On lui associe volontiers la désignation et la popularisation de cette danse pour qui elle a eu un rôle clé dans la nomination de celle-ci en tant que danse officielle d’état de la Californie en 1988.
Fondatrice du Golden State Dance Teachers Association et Co-fondatrice du World Swing Dance Council, elle intègre en 1994 le National Swing Dance Hall of Fame.
A 89 ans elle continue d’être extrêmement active dans le monde de la danse et a entraîné certains des plus grands, notamment Jordan Frisbee et Tatiana Mollmann.

 

No comments yet.

Laisser un commentaire